Abraham Martin n’en revient pas! Journal La Voix de l’Est!

Abraham Martin n’en revient pas!

par Émile Roberge, Granby
Publié le 04 février 2009

L’éventuelle commémoration du 250e la bataille des Plaines d’Abraham, par la Commission des Champs de bataille nationaux, suscite beaucoup de réactions. Rappelons que cette commission fédérale a pour mandat de «mettre en valeur les parcs historiques et urbains des champs de bataille de Québec et des environs». Un organisme juste pour nous, mais dont nous n’avons aucun contrôle. Parmi ses objectifs: «la visibilité du gouvernement canadien». Donc n’allons pas dire que son projet est innocent et n’a rien de politique.

Certains y voient même de la provocation. «C’est comme mettre de l’huile sur la braise», de dire Lise Payette. Ça fait penser aux Orangistes du comté d’Armagh (Irlande du Nord) qui, chaque année, paradent sous le nez des vaincus. «Je me sens comme un Noir américain à qui on annoncerait le projet d’organiser une mise en scène de l’assassinat de Martin Luther King», dit l’écrivain Yves Beauchemin. Pour sa part, Denise Bombardier demande aux organisateurs de l’événement ce qu’ils penseraient d’«une commémoration de la déportation des Acadiens en renvoyant à la mer dans des bateaux de fortune des Acadiens d’aujourd’hui».

La bataille des Plaines d’Abraham demeure un événement douloureux dans la mémoire collective des Québécois. Si la bataille ne dura que quelques minutes, ses effets furent tragiques et perdurent. En plus des morts, la ville de Québec a été presque entièrement détruite et, comme l’indique le journal d’un soldat de Wolfe, «quatorze cents belles fermes… furent brûlées et détruites». La commission des parcs nationaux du Québec veut-elle commémorer ça? À moins qu’elle nous écrive une version biaisée des événements comme on l’a fait pour le 400e de Québec. Michaëlle Jean, successeur de Champlain! Ouf! La diplomatie, la délicatesse, le respect ne semblent pas être des caractéristiques du premier ministre Harper, ni de sa ministre Josée Verner… ni de la commission, ni de Patrimoine Canada. Ces gens-là ont-il une bonne compréhension du Québec? Curieusement, la commission n’a pas perçu qu’elle pouvait indisposer les Québécois, rouvrir des plaies mal fermées et même de provoquer du grabuge. De plus en plus de gens demandent l’annulation des ridicules reconstitutions et du bal masqué. Il y a bien le trio Verner-Coderre-Caire qui veut jouer à la guerre, mais d’autres jeux les attendent.

Il faut féliciter notre premier ministre Jean Charest de s’abstenir de participer à ces célébrations. De même que Sam Hamad, ministre libéral provincial, responsable de la région de Québec, et Christian Paradis, ministre conservateur fédéral des Travaux publics («moi, je n’irai pas, carrément pas» a dit le ministre). De même aussi Pauline Marois, Agnès Maltais et les députés du Parti québécois. Même Rod Love, ancien chef de cabinet de Ralph Klein, s’élève contre cette «idée stupide» de la commission (dans le Globe and Mail).

Bien sûr qu’il s’agit d’un événement historique important, événement qui peut être rappelé – terme plus adéquat que «commémoré» – sans l’indécent déploiement proposé. On pourrait, par exemple, organiser un colloque ou une table ronde avec la complicité des médias. On y analyserait les circonstances et les faits de la bataille, puis ses effets. Le travail de commémoration et d’éducation populaire se ferait alors de façon correcte et respectueuse.

Au fait. Pourquoi la commission ne rappellerait pas avec autant de ferveur la bataille de Ste-Foy, gagnée par la troupe française de Lévis? Ce n’est pas la bataille des Plaines qui est la dernière bataille de Québec, mais celle de Ste-Foy. Dans une entrevue récente à Radio-Canada, Mme Louise Beaudoin l’a mentionné et Jean-Yves Bégin a suggéré que les Québécois «fêtent en vainqueurs la victoire canadienne de Sainte-Foy et laissent les défaitistes fêter la défaite des Plaines d’Abraham», et il ajoute: «On verra alors si la Commission des tatatas nationaux se ralliera à nous pour prouver sa bonne foi» (Le Devoir, 27 janv.).

 

Advertisements
This entry was posted in ancêtre / ancestor, articles de journaux, Nouvelle-France and tagged , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.