Le contrat de mariage d’autrefois – Version Française

Aujourd’hui, lors de mes recherches, j’ai trouvé un sujet intéressant dans le livre-ebook : Toutes petites choses du régime français. Volume 2, Contrat de mariage d’autrefois.


Quand j’examine un contrat de mariage du temps de la Nouvelle-France, je suis toujours étonnée par le nombres de détails que ces derniers possèdent. Pour un historien ou un généalogiste, ces actes notariaux sont de véritables mines d’information pour mieux interpréter les histoires de nos ancêtres.

Par contre, saviez-vous que le contrat de mariage,

« sous le régime français, réunissait presque autant de parents et
d’amis que la cérémonie religieuse elle-même. Les invitations
pour la signature du contrat se faisaient plusieurs semaines
à l’avance et on se préparait en conséquence. Les invités n’hésitaient
pas à parcourir de longues distances pour assister à cette fête car
c’était véritablement une fête. »

Alors, les parents et les futurs mariés invitent la parenté et les amis, qu’ils vivent près et loin du lieu de célébration. En examinant certains actes, nous pouvons observer que la distance entre le lieu du mariage et le village où habite certains invités, est très élevée

« …contrat de mariage, écrit à Québec portent les signatures de
parents et d’amis de Montréal ou d’endroits aussi éloignés.
Pour nos ancêtres, les distances ne comptaient pas. »

À l’époque, le trajet à cheval de Montréal-Québec durait de quatre à six jours, selon les conditions de la route, et la température.

Carte montrant le parcours du Chemin du Roy de Repentigny vers Quebec.
En réalité, un parcours suivant la Route 138, qui suit de près le parcours du Chemin du Roy.

À cette époque, les familles de Québec invitaient le gouverneur et l’intendant de la Nouvelle-France lors de la signature du contrat de mariage. Je présume que ces hommes étaient vue tel de la royauté au Québec. Ainsi, pendant que la famille et les amis se préparent pour les grands événements de la signature du contrat et de la célébration du mariage, pour le notaire, c’est l’anxiété. La tâche du notaire n’était pas seulement de rassembler les informations nécessaires, présenté le tous aux futures mariés et leurs invités et recueillir les signatures. Le notaire devait également obtenir la signature de tous les invités selon l’ordre de préséance (L’ordre de préséance est l’ordre hiérarchique selon lequel un élément ou une personne est placé l’un par rapport à l’autre. Ordre de préséance — Wikipédia).

L’importance du rang social était inestimable. Le notaire devait composer cette liste d’individu selon la priorité de leur titre et importance dans la société. Selon, Contrat de mariage d’autrefois :

« Chacun tenait à apposer sa signature d’après son rang social.
Un officier des troupes de la marine aurait été insulté si sa
signature avait été placé après celle d’un simple capitaine de milice.
Un conseiller au Conseil Supérieur aurait rouspété si le tabellion
avait fait passer avant lui un simple marchand ou un particulier sans titre. »

Combien de temps le notaire prenait-il pour rédiger cette liste? Est-ce qu’il demandait de l’aide des autres?

Le notaire, avec sa liste d’invités, débutait par la lecture du contrat et par la suite, invitait chacun pour la signature. Par contre, selon Contrat de mariage d’autrefois :

« Mais malgré touts ces précautions les froissements et les récriminations
arrivaient souvent, et le pauvre tabellion avait fort à faire pour contenter
ou satisfaire les parties lésées. On pardonnait toutes sortes de fautes mais
une injure à la préséance ne s’oubliait pas. Tous ces gens venus de leur
province nus comme des vers voulaient singer la cour de Versailles. »

Et ce n’est pas seulement en Nouvelle-France que le préséance était de mise. Il paraît que l’histoire de la Louisiane raconte quelques anecdotes.

L’article Contrat de mariage d’autrefois, parle d’un contrat de mariage de Jean-François Hazeur avec Catherine Martin de Lino. Ce contrat a eu lieu sous le régime français et reçu

« par le notaire Chamblon donne les noms de chaque invité avec
sa qualité, ses titres, sa relation de famille avec le futur marié et
la future mariée, etc. Il va sans dire que chaque invité signe dans
l’ordre de préséance établi, après le gouverneur, l’intendant et
les parents, les plus rapprochés. »

Le contrat de mariage en question compte près de 10 pages dont deux entièrement consacrées aux signatures. J’ai trouvé ces pages de signature les voici:

Advertisements
This entry was posted in Uncategorized and tagged , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.